La France et les logiciels libres en quelques chiffres

Publié: 19 octobre 2010 par Joëlle dans Économique

« Avec un chiffre d’affaires de 730 millions d’euros, le marché français des logiciels libres et des services associés est le plus important sur le Vieux Continent, estime le cabinet Pierre Audoin Consultant (PAC). À titre de comparaison, le même segment a pesé, en Allemagne et au Royaume-Uni, respectivement 444 et 448 millions d’euros. Soit moins de 1 % du CA global du secteur des logiciels et services dans ces deux pays (44,7 et 54,6 milliards d’euros). »

Nos cousins les Français semblent avoir trouvé la formule gagnante pour intégrer les logiciels libres dans leur vie de tous les jours. Grâce à qui? À l’État! Et oui, depuis plusieurs années celui-ci a intégré les logiciels libres au sein de son organisation et ce dans plusieurs ministères. Voici quelques exemples :

1-«  Les gendarmes sont passés à OpenOffice, tout comme les fonctionnaires du ministère de l’Agriculture et de la Pêche ou encore ceux du ministère de la Justice. ».

2- « Quant à l’outil de messagerie libre Thunderbird, il équipe plusieurs dizaines de milliers de boîtes e-mail de la Caisse nationale d’assurance maladie ; le ministère de l’Équipement et celui de la Défense y ont également recours. »

3- « Depuis quelques années, la Direction générale des impôts (DGI) est passée à l’open source pour la télédéclaration de revenus ; le ministère de l’Éducation nationale utilise également l’OS Linux de Mandriva sur une partie de ses serveurs. »

C’est grâce aux services publics que les logiciels libres se sont tant imposés dans les divers milieux entrepreneurials. Cela a eu un effet domino sur le privé qui a bien vu que les logiciels libres pouvaient être efficients tout en leur épargnant de l’argent et c’est pour cela qu’une grande partie des entreprises ont investi dans ceux-ci. Et preuve que l’approche fonctionne? On pense que d’ici 2011, « le marché des logiciels libres […] devrait atteindre 12,7 milliards […]. À cette date, il grimperait alors en France, à 3 milliards d’euros. »

Qui dit mieux?! Il est vrai qu’au Québec et même au Canada nous ne pouvons rivaliser avec l’investissement qu’il y a présentement en France. Mais le but justement n’est pas de se comparer avec eux mais de se baser sur leurs réussites pour mieux avancer et d’essayer d’investir étape par étape où cela pourrait être fait.

Qu’en pensez-vous?

http://www.zdnet.fr/actualites/la-france-est-devenue-un-pays-phare-pour-le-logiciel-libre-39377576.htm

Publicités
commentaires
  1. lagringadufour dit :

    La France vit toutefois un paradigme… alors qu’elle fait la promotion du logiciel libre dans son usage, elle met en place une loi (Hadopi) qui pourrait les condamner tel que décrit dans l’article suivant:
    http://www.silicon.fr/lhadopi-contre-les-logiciels-libres-34397.html

  2. slimkamoun dit :

    Tout à fait d’accord avec #lagringadufour. La France joue un double jeu à ce titre. D’un côté elle se montre ouverte à l’open source et de l’autre côté elle réprimande les défenseurs du logiciels libre. Il faut pas oublier que le Lobbyisme sur les logiciels propriétaires en France est très puissant. L’État essaye de montrer un joli visage au monde en se joignant au monde du libre, mais dans les faits il fait tout à fait le contraire. Il faut donc être prudent avec les informations sur ce sujet car les enjeux sont tellement importants qu’ils cachent parfois tout un monde.

  3. jfgob1 dit :

    Bonjour,
    Vous dites: « Il est vrai qu’au Québec et même au Canada nous ne pouvons rivaliser avec l’investissement qu’il y a présentement en France ».

    Je ne suis pas vraiment d’accord. Pour moi, le logiciel libre est une façon pour le Québec de pouvoir économiser de l’argent sur la facture numérique de l’état. Il y a plusieurs façon de se faire et elle ne nécessite pas nécessairement d’investissements très importants. Nous devrions donc prendre exemple sur nos cousins français et embrasser la liberté. Si le gouvernement du Québec s’engage à utiliser des logiciels libres, cela pourrait créer un effet d’entraînement tout comme en France et amener les logiciels libres à être utilisée partout (tant au privé qu’au public).

    L’une des raisons pourquoi la France est en avance sur le Québec dans le domaine des logiciels libres est qu’ils ont pris des décisions en ce sens en les favorisant et en les choissant face à leurs concurrents propriétaires. La France a même votée des lois pour forcer l’adoption des logiciels libres par différents ministaires. Par exemple, je me souviens avoir lu quelque part que si un ministère désirait faire une migration, il n’a pas le choix de choisir le logiciel libre. Il ne peut donc pas migrer de word 2007 vers word 2010: il devra migrer vers OpenOffice. L’idée derrière cela est que si le ministère a assez d’argent pour migrer vers word 2010, c’est qu’il en a assez pour migrer vers OpenOffice. Cela permet de graduellement introduire le logiciel libre au sein de l’administration publique. De simple lois en ce sens pourraient tout aussi bien s’appliquer au Québec et permettre l’introduction de logiciels libres.

    Bref, comme la France nous l’a démontré, l’adoption du logiciel libre peut être facilitée si le gouvernement participe activement à ce mouvement. Il serait grandement temps que le gouvernement du Québec et du Canada fassent de même et ce dans le but de mieux servir les citoyens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s